• Accueil
  • 01AS
  • 02recherche

  • 03espoir renat
  • 04indice
  • 05Manoeuvre
  • 07Reconnaissance
  • 07Reconnaissance
  • 08reconnaissance14
  • 09Synd

Accueil stagiaires à partir du 26 août

A l'Université d'Orléans le 26 août, la Rectrice de l'Académie d'Orléans-Tours accueille les stagiaires enseignants du 2nd degré et CPE.

Toutes les dates de rentrée 2016-2017 dans les 6 centres de formation de l'ESPE Centre Val de Loire pour tous les masters MEEF "1er degré", "2d degré", "Encadrement Éducatif" et "Pratiques et Ingénierie de la Formation". Les informations seront amenées à être complétées dans les prochains jours : https://www.univ-orleans.fr/espe/dates-de-rentr%C3%A9e-%C3%A0-lespe

Le Sgen-CFDT Orléans-Tours sera présent pour proposer ses services aux collègues entrant dans le métier ou stagiaires dans un nouveau corps.


STAGIAIRES DU 2nd DEGRE :
ACCUEIL le 26 août à l'Université d'Orléans

 Pour vous accompagner durant votre année de stage :

  • Découverte du fonctionnement de l’administration
  • Prise en charge des classes
  • Evaluations : M2 disciplinaire, visites, titularisation...
  • Relations avec la hiérarchie
  • Mutations, reclassement …


STAGIAIRES DU 1ER DEGRE :
ACCUEIL le 29 août sur le site Bourgogne de l'Espé à Orléans

Puis les élu-e-s du Sgen CFDT tiendront une
PERMANENCE CHAQUE MOIS
dans les différents sites de l'Espé de l’académie :

 Premières permanences :

  • Orléans, site Bourgogne : jeudi 8 septembre, de 12h à 13h30, dans le hall. (Pascale et Flore)

  • Orléans, site Saint Jean : lundi 5 et jeudi 8 septembre, de 12h à 13h30, à la cafétéria. (Claire et Marie-Agnès)

  • Blois : jeudi 15 septembre, de 9h à 13h. (Frédéric)

  • Tours Fondettes : jeudi 8 septembre, de 9h à 13h. (Frédéric)

 Voir aussi sur le site Sgen+ http://sgenplus.cfdt.fr/metier/stagiaires/

Rencontre du 23 mars avec le DAFOP

 Rencontre avec le Délégué Académique à la Formation Professionnelle  le 23 mars 2016

 Suite à l’enquête que nous vous avions adressée en janvier sur vos quatre premiers mois d’exercice et à vos réponses, trois représentants du Sgen-CFDT avaient rencontré le directeur de l’ESPE le 8 février (cf. compte rendu du 11 mars 2016).

 Le 23 mars, nous avons obtenu un rendez-vous auprès du délégué académique à la formation professionnelle (DAFOP) pour lui exposer les difficultés recensées.

 Nous avons abordé les points suivants :

  • Le service des stagiaires
  • La formation des stagiaires 18 h.
  • L’écrit réflexif
  • Les stagiaires des disciplines "rares"
  • Les frais de déplacement

 Lire notre compte-rendu en pièce jointe.

Pièce(s) jointe(s):
FichierTaille du fichier
Télécharger ce fichier (Rencontre avec le DAFOP.pdf)Rencontre avec le DAFOP.pdf887 Ko

Comité Technique académique du 14 mars 2016

Déclaration préalable du Sgen-CFDT Orléans-Tours au CTA du 14 mars 2016

En préambule (improvisé après avoir entendu la déclaration préalable de FO), nous rappellerons que le CT Académique n’est pas le lieu de querelles intersyndicales, donc nous ne polémiquerons pas avec le représentant d’une organisation syndicale qui attaque la CFDT sur son positionnement par rapport à la loi « Travail ». Nous avons une autre conception de la démocratie et du dialogue social. Nous constatons que certains ne supportent pas que l’on puisse avoir une analyse différente et une autre stratégie pour obtenir du progrès social. Libre à eux !

Lire la suite en pièce jointe

 

Compte-rendu du Sgen-CFDT Orléans-Tours

Prochainement en pièce jointe.

 

Pièce(s) jointe(s):
FichierTaille du fichier
Télécharger ce fichier (CR CTA 2016 03 14.pdf)CR CTA 2016 03 14.pdf572 Ko
Télécharger ce fichier (Declaration au CTA 14 03 2016.pdf)Declaration au CTA 14 03 2016.pdf600 Ko

Hors Classe profs et CPE

Hors-classe profs et CPE : évolution du système de promotion

Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, l'avancement à la hors-classe pour les personnels enseignants et d'éducation était devenue la récompense d'un « mérite ». En 2014, une circulaire ministérielle met fin à cette vision. On revient à celle qui, en juillet 1989 avec la loi d'orientation de Lionel Jospin, avait abouti à la création d'un 2ème grade : la hors-classe (le Sgen-CFDT avec d'autres organisations syndicales aurait préféré des échelons supplémentaires pour la classe normale).

Conséquences pratiques dans la nouvelle circulaire rectorale pour les personnels du second degré :

·                     le barème met davantage l'accent sur l'échelon atteint dans la classe normale et beaucoup moins sur les avis des deux évaluateurs, chef d'établissement et inspecteur ;

·                     il est mis fin au quota  maximal de 20 % d'avis « très favorable » émis par ceux-ci.

Les résultats d’une recherche menée à partir des fichiers des promouvables à la hors-classe chez les certifiés, les CPE et les PLP, lors des campagnes de 2013, 2014, 2015 et 2016 (les promotions des agrégés étant étudiées uniquement au niveau national, elles n'ont pas été étudiées) sont frappants.

Les pourcentages d'avis « très favorable » donnés par les inspecteurs sont passés entre 2013 et 2016 :

  •          pour les certifiés, de 17,5 % à 22,8 % ;
  •          pour les PLP, de 16,8 % à 21,4 %.

Les personnels chargés de l'évaluation pédagogique des personnels enseignants semblent toujours empreints de la culture du mérite. La dénomination de ce grade serait-elle synonyme de « manière exceptionnelle de servir » ? Ne suffit-il pas de bien faire son travail pour pouvoir bénéficier d'un changement de grade ?

Heureusement, les chefs d'établissement, plus proches des personnels enseignants, ont mieux intégré les nouvelles directives puisque les pourcentages d'avis « très favorable » donnés sont passés entre 2013 et 2016, en progression constante :

·                     pour les certifiés, de 20,4 % à 35,9 % ;

·                     pour les PLP, de 20,2 % à 32,8 %.

On remarque tout de même que les PLP sont visiblement sous-estimés par rapport à leurs collègues enseignant en collèges et/ ou lycées.

Les CPE, en contact permanent avec les équipes enseignantes et les équipes de direction, voient leur rôle et leur travail largement mieux reconnus. Les  pourcentages d'avis « très favorable » donnés sont passés entre 2013 et 2016 :

  • par les inspecteurs, de 22,4 % à 39,0 % (et même 41,0 % en 2015)
  • par les chefs d'établissement, de 56,0 % (*) à 67,5 %.

(*) le quota de 20 % ne s'appliquait pas à cause du petit nombre de personnels concernés par établissement.

L'objectif du rectorat, partagé par tous les représentants des personnels, lors de la négociation en 2014 sur le nouveau barème était de promouvoir d'abord ceux qui étaient arrivés au 11° échelon et qui donc ne pouvaient plus espérer que cet avancement pour voir leur rémunération progresser encore.

L'étude montre que cet objectif est largement atteint puisque de 2013 (promotion au mérite) à 2014, on est passé pour les promus qui n'avaient pas atteint le 11ème  échelon, pour les certifiés de 60,1 % à 4,1 % et pour les PLP de 58,6 % à aucun. En 2016, tous les certifiés et PLP au 11° échelon qui n'obtiennent pas deux avis « défavorable » sont promus.

Les conclusions des discussions sur les modalités pratiques du « presque » (le gouvernement a décidé de l'appliquer même s'il n'avait pas obtenu 50 % des signatures) « accord Parcours professionnels Carrières et Rémunérations » ont été annoncés récemment par le ministère. Cela doit permettre à chacun, pour une carrière complète, d'atteindre le dernier échelon du deuxième grade (hors-classe).

 Mais il reste de grosses inégalités dans le déroulement de carrière dues très souvent à des retards d'inspection, en particulier pour les femmes. Il est vraiment grand temps de mettre fin à cette évaluation que nous combattons depuis plus de 30 ans. C'est l'objet des discussions en cours qui permettront de mettre en œuvre les conclusions du chantier « métiers ». Il faudra aussi prévoir une méthode de rattrapage des retards inadmissibles dans la carrière des collègues victimes malgré eux.

Anne Hedde